Guidés par M. Daniel Potron, historien et membre de de l'Association Connaissance du pays flèchois,visitez l'église Saint-Thomas
Article reproduit avec l'aimable autorisation de son auteur, M. Daniel Potron

STTHOMASproto

1. Nouveau maître-autel consacré en janvier 2000. Les huit plots qui soutiennent la table symbolisent le huitième jour, celui du Christ ressuscité.

2. Vierge dite du Pilier. Terre cuite peinte et dorée du XVIIe siècle. Marie tient l'Enfant Jésus sur le bras droit, attitude peu courante.

3. Fonts baptismaux en marbre noir de Solesmes, 1703.

4. Stalles d'époque Renaissance provenant de l'abbaye de la Boissière à Denezé-sous-Le-Lude, vendue comme bien national en 1791. Les jouées, accoudoirs et miséricordes sont ornés de motifs représentant des personnages, des animaux, des choux ou des feuilles d'acanthe.

5. Abside : voûte aux belles croisées d'ogives de style gothique angevin dit Plantagenêt, XVe siècle. Deux des nervures de la voûte s'appuient sur des statues-colonnes représentant des personnages inconnus.

6. 7. et 8. Vitraux de saint Thomas, de la Vierge et de saint Sébastien. Ces trois vitraux sont, comme ceux de l'ensemble de l'église, du XIXe siècle. Ils proviennent des ateliers Fialeix.

9. Notre-Dame-du-Chef-du-Pont. Statue, restaurée, en pierre, peinte et dorée, qui daterait du XJF siècle. La statue avait été placée primitivement dans la chapelle située près du château des seigneurs de La Flèche, chapelle construite à l'entrée, donc à la tête, de l'actuel pont des Carmes permettant de franchir le Loir ( les bâtiments de la chapelle abritent aujourd'hui les services techniques de la ville ), d'où son nom de Notre-Dame-de-Chef-du-Pont ( chef = tête ). Saint Louis se serait agenouillé devant cette statue en 1230 et c'est en priant devant elle que Jérôme le Royer de la Dauversière eut, le 2 février 1630, la révélation qu'il devait fonder un institut de religieuses hospitalières qui essaima au Canada où il fut à l'origine de la fondation de Ville-Marie, devenue Montréal.

10. Chapelle de la Vierge. Les trois vitraux ont pour thèmes principaux, de gauche à droite, l'Annonciation, l'Assomption et l'Education de la Vierge. Ils proviennent des ateliers du Carmel du Mans, comme tous ceux des deux bas-côtés.
11.
Autel de Saint-Thomas. Retable en bois taillé et peint du XVIIe siècle provenant de l'abbaye de la Boissière, comme les stalles. Les colonnes et pilastres sont ornés de pampres en relief avec grappes de raisin picorées par des oiseaux-. La statue de saint Thomas est probablement l'œuvre de Michel Chevalier, ( première moitié du XVIIe siècle ).

12. Grand Christ en croix, de la fin du XVIe siècle ou du début du XVII.e.

13.Ancienne chapelle des fonts baptismaux. Tableau, récemment restauré, de Claude Vignon représentant l'Assomption de la Vierge ( 1629 ). Le vitrail est consacré au baptême du Christ Tableau en forme de triptyque : le Repos de la Sainte Famille. Peinture sur bois de l'école française, XVIIe siècle, provenance inconnue.

14. Le Baptême du Christ, fin XVIIe siècle, peut-être dû à Pierre Besnard le père ( 1620-1689 ).

15. Chapelle du Saint-Sacrement. Le retable, qui comporte quatre colonnes de marbre, provient de la chapelle de la Motte-Lubin près de Crosmières. Il est dominé par une sorte de baldaquin se terminant par une grande gloire. Le tabernacle à ailes, XVIIIe siècle, provient du collège des jésuites. Le grand tableau montrant la Cène date du second quart du XIXe siècle. En hauteur, de part et d'autre, les statues de saint Matthieu ( à gauche ) et de saint Jean ( à droite ) sont des moulages en plâtre, effectués au XIXe siècle, d'œuvres plus anciennes réalisées par Gervais Delabarre pour la cathédrale du Mans. Beaux vitraux consacrés à l'Ancien Testament ( à droite ) et au Nouveau Testament ( à gauche ) sortis des ateliers d'Antoine Lusson.

16. Saint Michel terrassant le dragon. Statue en bois évidé polychrome du XVIIe siècle, restaurée dans les années 70, qui ornait autrefois les orgues de la collégiale d'Amboise.

17. Sainte Barbe, statue en terre cuite, seconde moitié du XVIIe siècle.

18.Saint Sébastien, statue en terre cuite polychrome, première moitié du XVIIe siècle, due à Charles Hoyau, qui travailla jusqu'à sa mort, survenue en 1644, pour les plus prestigieux couvents du Maine, de l'Anjou et de la Touraine.

19. Chapelle de Saint-Joseph. Les vitraux ( ateliers du Carmel ) ont pour motifs principaux, de gauche à droite, le baptême du Christ par Jean-Baptiste, Jésus au mont des Oliviers et Marie répandant le contenu de son flacon de parfum aux pieds du Christ.

20. Le Mariage de la Vierge . Groupe en terre cuite réalisé par Gervais Delabarre en 1633-1634, restauré dans les années 90.